Jilali Gharbaoui : Le messager de l’exil de Latifa Serghini
17069
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-17069,bridge-core-1.0.7,cookies-not-set,locale-fr-fr,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_popup_menu_push_text_right,qode-theme-ver-18.2.1,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

Jilali Gharbaoui : Le messager de l’exil de Latifa Serghini

Signature
Category
Signature
About This Project
Date

Jeudi 06 Février 2020

Lieu

Espace d’Art Artorium

Modérée par

Olivier Rachet

Animée par

Latifa Serghini

A propos

Présentation du livre Jilali Gharbaoui : Le messager de l’exil.

Jilali Gharbaoui est un grand peintre. Un créateur. L’épithète de précurseur qui lui est attribuée n’est pas une imposture. A 41 ans, il laisse une œuvre prolifique et forte qui en fait, avec Ahmed Cherkaoui et Ahmed Yacoubi – trop souvent oublié- une figure emblématique de l’art abstrait au Maroc.

Mort à 41 ans sur un banc du Champs de Mars à Paris, il a eu une fin d’artiste maudit. Ce posthume dévaliseur de gloire n’a pas connu de son vivant le succès ou la reconnaissance que mérite la figure emblématique de l’abstraction au Maroc et l’artisan d’une modernité vivante et assumée.

Près de cinquante ans après sa disparition, voici un nouveau regard porté sur l’artiste et son œuvre. Par la somme de témoignages, de détails, de documents et d’iconographie rassemblée, Latifa Serghini nous livre un récit de vie précis, minutieux et exigeant