Passions privées
16046
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-16046,bridge-core-1.0.7,cookies-not-set,locale-fr-fr,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_popup_menu_push_text_right,qode-theme-ver-18.2.1,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

Passions privées

Exposition

Mot du président :

« Malgré son jeune âge, l’art pictural au Maroc est riche par sa diversité et aussi par les talents qu’a connu et connaît le pays. J’ai commencé à m’y intéresser et cet intérêt a grandi au fil des années pour toujours glaner l’exceptionnel de ce que comporte le patrimoine du royaume.

L’idée est de partager ma collection au grand public a toujours été présente dans mon esprit.

J’ai commencé à exposer quelques œuvres dans les locaux du siège TGCC afin d’en faire bénéficier mes collaborateurs ainsi que mes visiteurs et pour donner aussi un cadre agréable de travail. Cet accrochage a toujours été un sujet d’émerveillement parmi la majorité de nos visiteurs.

L’espace d’art Artorium a quant à lui été pensé pour accueillir différentes manifestations culturelles avec l’intention toujours de populariser cet accès à la culture et, aussi, de servir de tremplin pour les jeunes talents. Ainsi, à travers Artorium nous avons vocation d’œuvrer pour la culture pour tous.

L’espace d’art Artorium accueillera également des jeunes élèves de différents établissement scolaires afin qu’ils reçoivent des cours de peinture et d’art en tout genre offerts par de grands maitres qui donneront de leur temps gracieusement au profit de ces jeunes.

Pour cette exposition inaugurale, l’idée était de retracer une partie de l’histoire de l’art au Maroc, ses courants, ses couleurs et ses techniques, puis surtout ses peintres, marocains et internationaux, qui ont comme point commun cet attachement identitaire envers notre pays.

Parce que l’artisanat est le plus ancestral des arts, nous voulions également le mettre en lumière à travers une collection ethnographique de poteries céramiques, broderies, armes et bijoux.

Nos  « passions privées » deviennent publiques, alors partageons, échangeons et faisons de la culture, plus qu’une nécessité, un devoir citoyen. »