La banane à 120000 dollars
16287
post-template-default,single,single-post,postid-16287,single-format-standard,bridge-core-1.0.7,cookies-not-set,locale-fr-fr,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_popup_menu_push_text_right,qode-theme-ver-18.2.1,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

La banane à 120000 dollars

News Artsy

La banane à 120000 dollars

En ce début de mois de décembre (et en cette fin de décennie), il s’est passé un truc tellement incroyable (et improbable !), que ça nous a donné envie de reprendre notre rendez-vous hebdomadaire de news artsy. Alors aujourd’hui c’est vendredi, et vendredi c’est le jour de la news artsy !

Cette semaine on vous parle de LA banane, celle que vous avez sans doute vu passer. La banane à 120000 dollars, l’œuvre phare de la dernière édition de Art Basel Miami. Pour résumer, l’artiste Maurizio Cattelan, connu notamment pour ses œuvres, La Nona Ora (1999) Him (2001) et America (2016), a présenté une véritable banane retenue au mur par un simple ruban adhésif au stand de la Galerie Perrotin à la foire international d’art contemporain Art Basel Miami. Cette œuvre, éditée en 5 exemplaires a été vendue à 120000 dollars (3 fois !) à différents collectionneurs.

Mais qui est Maurizio Cattelan et quelle a été sa démarche ? Le dandy italien est un des artistes les plus bankables de sa génération, comparable à Jeff Koons par exemple. Remarqué par ses œuvres loufoques, il n’a cessé d’étonner en bousculant les codes et en se questionnant sans cesse sur la condition de l’art aujourd’hui. Alors, d’après vous, une banane c’est de l’art ? À 120000 dollars, vaut mieux…

Ce début de mois, on a aussi eu droit au retour de l’expo Prête-moi ton rêve, qui poursuit sa tournée africaine avec une escale sénégalaise à Dakar. Une grande réussite pour cette expo regroupant différents artistes issus du continent qui a été inaugurée à Casablanca en juillet dernier, et qui célèbre le premier anniversaire du Musée des civilisations noires lors de son escale dakaroise).

Il y a également eu le grand retour de Fouad Bellamine, après plusieurs années d’absence, à L’atelier 21 à Casablanca. Il y présente Fragments de vie jusqu’au 13 janvier 2020. Cette exposition regroupe une série d’œuvres inédites créées à partir d’un souvenir, celui d’une toile lacérée il y a 25 ans suite à un moment de sa vie très douloureux. Dans Fragments de vie, Bellamine s’accommode du passé et le raconte à travers sa renaissance, sa résurrection. Une exposition très intime, avec des œuvres fortes et envoutantes, à ne rater sous aucun prétexte !

Dernière news de la semaine, Banksy, toujours plus critique, nous fait un cadeau avant l’heure avec cette œuvre à la fois douce et poignante sur la condition des sans-abri en général et surtout en cette période de fêtes.

À la semaine prochaine !

No Comments

Post A Comment