La News Artsy
15398
page-template,page-template-blog-masonry-date-in-image,page-template-blog-masonry-date-in-image-php,page,page-id-15398,bridge-core-1.0.7,locale-fr-fr,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_popup_menu_push_text_right,qode-theme-ver-18.2.1,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

La News Artsy

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="17231" img_size="1500 x 750" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1591107937746{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] En 1938, le gardien du Musée du Luxembourg surprend un drôle d'individu en train de griffonner sur une peinture de Pierre Bonnard récemment acquise par la Ville de Paris. Pris en flagrant délit, l’individu n'a d'autre choix que de révéler son identité, et c'est avec stupéfaction que ledit gardien découvre qu'il s'agit en réalité du célèbre peintre, auteur de la toile, qui souhaitait rectifier une nuance de vert sur un feuillage. Pierre Bonnard avait cette drôle d’habitude : une fois que ses toiles étaient achetées par des particuliers ou exposées dans des musées, il prenait la liberté de les retoucher, pinceau à la main ! Un service après-vente en quelque sorte… Cet artiste français de la fin du XIXe siècle et du début du XXe se présentait alors chez ses acheteurs pour des retouches, il guettait aussi le passage des gardiens dans les musées pour retravailler ses toiles, armé d’une minuscule boite de couleurs et d’un petit pinceau. Son perfectionnisme l'amena même à demander à son neveu Charles Terrasse - la veille de sa mort - de rectifier le vert en bas à gauche de sa dernière toile '' L’amandier en fleur '' en y ajoutant un peu de jaune. Ce dernier s'exécuta effaçant au passage une partie de la signature du célèbre peintre. Cette manie qu'avait Bonnard de tout retoucher fut à l’origine du terme « bonnardiser » qui signifie retoucher une œuvre d’art que l’on a créée, y compris à l’insu de ses nouveaux propriétaires. À la semaine prochaine pour un nouveau fait insolite sur vos œuvres préférées.   [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="16957" img_size="1500 x 750" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1590044751243{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] En 2015, lors d’une vente aux enchères de la maison Christie’s, un tableau du très populaire peintre et sculpteur italien Amadeo Modigliani est estimé à 100 millions de dollars. Le « nu couché » sera finalement adjugé à 170 millions de dollars à un collectionneur privé et deviendra l’un des tableaux les plus chers au monde. Pourtant, ce « nu couché », devenu l’une des peintures les plus reproduites et exposées de Modigliani, n’avait pas fait l’unanimité un siècle auparavant alors qu’il était exposé à Paris. En effet, le galeriste polonais Léopold Zborowski, grand admirateur de Modigliani, organise en 1917 – celle qui deviendra – la seule et l’unique exposition personnelle d’Amadeo Modigliani. La veille du vernissage, Zborowski a la bonne idée d’accrocher en vitrine deux des nus que Modigliani a peints. Le lendemain, un énorme scandale éclate, elles sont considérées comme un outrage à la pudeur. Le commissaire Rousselot, dont le logement fait face à la galerie, s’en mêle et demande à ce qu’elles ne soient plus exposées près de la fenêtre. Ce qui le dérange n’est pas la nudité en soi mais les poils qu’il trouve outrageants. Il n’a pas fermé l’exposition mais a tout de même fait décrocher les nus qui ne seront pas vendus, d’ailleurs seuls deux dessins seront vendus lors de l’exposition. Le scandale a tout de même fait une belle publicité à l’artiste, qui vend par la suite plusieurs œuvres à des collectionneurs privés. Depuis Modigliani est devenu une référence de l’histoire de l’art, une sacrée revanche ! Mais peut être « Un poil » trop tard… À la semaine prochaine pour un nouveau fait insolite sur vos œuvres préférées. [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="16953" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1590044130870{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] En 1961, 45 jours après le début de l’exposition « Dernières œuvres d’Henri Matisse » au Musée d’Art Moderne à New York, la direction ordonne la fermeture de cette exposition pour rectifier une erreur d’accrochage devant laquelle plus de 100000 personnes sont passées sans s’en apercevoir dont le marchand d’art et fils du peintre, Pierre Matisse. En effet, depuis le début de l’exposition la grande gouache « Le Bateau » était accroché à l’envers, sans que personne ne le remarque, confondant le reflet de la voile à la voile elle-même. Mais heureusement, une parisienne installée à New York, Geneviève Habert s’est empressée de signaler cette erreur qui a fait couler beaucoup d’encre à l’époque, notamment sur le New York Times qui, pour l’occasion, a imprimé en gros titre et en première page le nom de Matisse à l’envers. Et nous, avons-nous mis la photo dans le bon sens ? On vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour un nouveau fait insolite sur vos œuvres préférées. [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="16940" img_size="large" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1590042936565{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Chaque semaine, nous vous proposerons des faits insolites sur vos œuvres et artistes préférés. Une affaire de sourcils… La Joconde, ou Mona Lisa, est une des œuvres les plus emblématiques de Léonard de Vinci. Elle a été peinte au XVIe Siècle. Il s’agit du portrait d’une jeune femme, sur fond de paysage montagneux. Mais saviez-vous qu’elle était dépourvue de sourcils et de cils ? Vous ne l’aviez sans doute pas remarqué, mais où sont-ils donc passés ? Pascal Cotte, directeur de la société Lumière Technology, a mis au point un appareil photo capable de mesurer les spectres lumineux infrarouges et uultraviolets des tableaux afin de prouver en 2007 que la version originale de La Joconde avait initialement des sourcils et des cils qui ont disparu au fil du temps sous l’effet du vieillissement de la peinture à l’huile.   [/vc_column_text][vc_single_image image="16941" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1590043238657{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Grâce à la plus ancienne copie connue de La Joconde, à admirer au Musée du Prado à Madrid, on peut deviner la version originale, bien que l’absence de cils et de sourcils ne change rien à son regard caractéristique, qui vous suit quel que soit l’endroit depuis lequel vous l’observez. Finalement la Joconde n’est pas à l’abri du temps, comme nous tous. À la semaine prochaine pour un nouveau fait insolite sur vos œuvres préférées. [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="16553" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1580731172649{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine cataclysme dans le monde de l’art au Maroc : Marrakech, qui devait être la première capitale culturelle africaine de l’année s’est désistée au profit de Rabat pour des raisons encore inconnues. Il faut rappeler que cette édition pilote a été décidé en 2018 afin de devenir opérationnel en janvier 2020 et devrait avoir lieu tous les 3 ans dans une ville africaine (sur le modèle de ce qui se fait en Europe depuis 1985). Mahi Binebine témoigne sur ses réseaux sociaux « J’ai le triste regret de vous annoncer qu’il a été décidé (pour des raisons incompréhensibles) et après plusieurs mois de préparation intense, que la ville ocre se désistait au profit de Rabat ». Annonçant également que son mandant de président d’honneur de cette grande fête se terminait par la même occasion. Cette annonce, survenue à une semaine du grand lancement des festivités à Marrakech, en a surpris plus d’un d’autant plus qu’on nous apprend que les autorités marocaines ont informé le comité africain de sélection qu’il était préférable de tout délocaliser à Rabat pour des raisons d’infrastructures mieux adaptées. C’est mêmes autorités ne sont sans doute jamais allées au MACAAL, au Comptoir des Mines ou à un tas d’autres infrastructures complètement adaptées. Binebine, déçu plus qu’énervé, ne veut pas que des accusations gratuites soient faites aux décideurs culturels rbatis comme déclaré sur Medias24 où il affirme qu’il ne faut pas « se mettre à accuser gratuitement une certaine personne (Mehdi Qotbi) d’avoir lancé une OPA pour rapatrier ce projet dans la ville de Rabat ». L’enquête de Medias24, qu’on vous invite à lire sur ce lien, en profite pour donner la parole également à Mehdi Qotbi qui affirme qu’il n’y est pour rien et que c’est par la presse et les réseaux sociaux qu’il a été mis au courant. Réjouissons-nous que la capitale culturelle africaine reste en Afrique pour sa première édition et espérons que ce soit une réussite malgré tout ! [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="16543" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1580482718572{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine au programme un nouveau musée national a ouvert ses portes à Rabat. Et une exposition/Levée de fonds #LesYeuxOuVerts a été organisée au profit de l'association EMA à Casablanca. Inauguré ce mardi 14 janvier dans l’enceinte du fort Rottembourg, le musée national est entièrement dédié à la photographie. Une première au Maroc !! Pour son exposition inaugurale, le musée a donné carte blanche au photographe casablancais, de renommée internationale Yassine Alaoui Ismaili alias « Yoriyas ». Baptisée « Sourtna », cette exposition marque le démarrage de l’année culturelle 2020, et offre l’opportunité à Alaoui Ismaili de donner de la visibilité à de jeunes talents. L'exposition #LesYeuxOuVerts quant à elle, propose une balade poétique et interpelante sur la thématique de la transition écologique, à travers le prisme de la création. Une quarantaine d'œuvres éloquentes, ponctuent l’espace d'art Artorium. Peintures, photographies, sculptures et vidéos abordent la transition écologique et suggèrent quatre visions du monde que sont l’Observation, l’Équilibre, la Folie et la Conscience, de manière directe ou suggestive, avec une sensibilité artistique et un engagement évident à la fois pour l’écologie et pour la noble cause menée par EMA. L'exposition est à découvrir jusqu'au 25 Février 2020. Le bénéfice de la vente des œuvres exposées est destiné à financer la reconstruction et la mise aux normes d’écoles publiques du Grand Casablanca et en priorité le Centre de Formation par l’Apprentissage de Nouaceur, dans lequel soixante enfants, âgés de 15 à 20 ans, déscolarisés, pourront apprendre un métier adapté au marché de l’emploi. Une bonne raison de se montrer généreux! Quant à nous on se donne rendez-vous la semaine prochaine pour encore plus de news artsy! [/vc_column_text][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner][qode_advanced_image_gallery type="masonry" enable_fixed_proportions="yes" enable_image_shadow="no" image_behavior="lightbox" number_of_columns="two" space_between_items="small" images="16545,16544,16542" image_size="full"][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="16525" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1578910003409{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine, une seule news mais une news à plus de 13 millions de dirhams. En effet, lors de la vente inaugurale de la filiale marocaine de la maison de vente aux enchères Artcurial, une toile de l'orientaliste Etienne Dinet a trouvé preneur à 13.119.000,00 dhs (frais acheteurs et taxes compris) pulvérisant, ainsi, le record de la plus grosse enchère enregistrée au Maroc et même en Afrique (hors Afrique du Sud). "Le fils d'un Saint M'rabeth", datant de 1900 et mesurant 71 × 80 cm représente plus d'un tiers des ventes de cette première vente d'Artcurial Maroc qui en prévoit déjà 3 autres pour l'année 2020 en devenant aussi le plus gros prix atteint pour l'artiste depuis 2008. [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="16518" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1578907421047{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine, pour le premier vendredi de l’année 2020 on vous fait un récap des évènements à venir à ne pas rater. Marrakech, Paris, Dubai cette année s’annonce artsy à souhait alors à vos stylos ! En février à Marrakech, 3 ème édition de la foire 1- 54 qui se poursuit après la réussite des 2 premières. Cette année, toujours à La Mamounia, c’est 20 galeries internationales qui prendront part au projet présentant plus d’une soixante d’artistes issus du continent. Et à l’occasion de cette 3 ème édition, 1- 54 met en œuvre un programme public d’événements et d’expositions se déroulant dans toutes la ville pendant les quatre jours du salon (programme annoncé ce mois-ci). À Paris, à partir de février aussi on retrouve « Monet, Renoir, Chagall en Méditerranée » une exposition immersive de l’Atelier des Lumières qui y présente cette expérience visuelle qui nous entraine au cœur des chefs d’œuvre de 20 artistes dont Renoir, Monet, Picasso, Matisse, Signac, Derain, Vlaminck, Dufy, Chagall, pour une traversée de l’histoire de l’art des 19 ème et 20 ème siècle, de l’impressionnisme à la modernité, en passant par le pointillisme et le fauvisme. 2020 signe également le 150 ème anniversaire d’Henri Matisse qui sera fêter au Centre Pompidou lors d’une exposition exceptionnelle et originale explorant les liens entre la littérature et la peinture. Le Centre Pompidou exposera également, et pour la première fois, Farid Belkahia à l’automne de cette année. Une exposition très attendue par nous marocains. Enfin, cette année l’exposition universelle se tiendra à Dubai à partir du 20 octobre 2020 faisant de Dubai le centre du monde pendant 173 jours, chaque jour débordant de nouvelles expériences. Avec des pavillons de chaque pays et des attractions aussi grandioses qu’on puisse imaginer, l’expo 2020 à Dubai s’annonce féérique. À la semaine prochaine ! [/vc_column_text][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner][qode_advanced_image_gallery type="masonry" enable_fixed_proportions="yes" enable_image_shadow="no" image_behavior="lightbox" number_of_columns="two" space_between_items="small" images="16519,16517,16516,16515,16514" image_size="full"][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="16485" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1578315808194{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine on se déplace à Marrakech, destination très appréciée pour la fin d'année et notamment par les amateurs d'art. La ville Ocre vient d’ailleurs d’être élue Capitale Africaine de la Culture 2020. Vous pourrez découvrir ce samedi 28 Décembre, l'exposition Ressala de Mohamed Arejdal au Comptoir des Mines. Née d’une promesse d’engagement total passée en 2017 entre l’artiste et Hicham Daoudi, le fondateur du Comptoir des mines. Cette exposition majeure dotée d’une dimension muséale découle d’une volonté de défendre une vision alternative de l’art au Maroc et de proposer une autre lecture de la notion de «Grand Sud». Après l’immense succès de la première édition, la Marrakech Art Week revient du 26 décembre 2019 au 5 janvier 2020, pour une deuxième édition réunissant les acteurs culturels majeurs de la ville. Elle réunira cette année 16 acteurs culturels, musées, fondations, galeries d’art et maison de vente aux enchères, pour vous proposer une programmation très riche avec vernissages, expositions, conférences, rencontres… afin de promouvoir l’art marocain, l’art oriental et plus largement l’art africain. Le Royaume du Maroc est devenu en quelques années, grâce à une politique volontaire qui place la culture au centre de son développement social et économique, le «hub» culturel entre l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient. Participant depuis sept ans à cette dynamique, Artcurial organise une vente aux enchères qui aura lieu à la Mamounia, le 30 décembre 2019 dans le cadre de la Marrakech Art Week. C’est d’ailleurs Artcurial qui avait initié la première édition en 2018. Entre 2 cocktails pour fêter cette fin de décennie, faites-vous du bien et nourrissez-vous d'art. Croyez-nous, il n'y a pas mieux pour finir l'année en beauté ! [/vc_column_text][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner][qode_advanced_image_gallery type="masonry" enable_fixed_proportions="yes" enable_image_shadow="no" image_behavior="lightbox" number_of_columns="two" space_between_items="small" images="16483,16482,16481,16479" image_size="full"][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row] ...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="16496" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1578321110853{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine on vous parle de Soulages, consacré au Louvre, à Paris, depuis le 11 décembre et jusqu’au 9 mars 2020. Cette exposition-hommage, retraçant l’œuvre de l’artiste de manière chronologique de 1946 à nos jours, avec 3 peintures récentes, est l’occasion de fêter cet immense artiste, qui fêtera justement ses 100 ans ce 24 décembre 2019. Pierre Soulages, « peintre de l’outrenoir » est une figure majeure de l’art contemporain, comparable à Chagall et Picasso qui d’ailleurs sont les seuls à avoir bénéficié d’une telle rétrospective avant lui dans un des plus grands musées du monde, le Louvre. C’est au Salon carré, entre la galerie d’Apollon et la Grande Galerie, que se situe cette exposition qui illustre la longévité exceptionnelle de la carrière de l’artiste avec un choix d’œuvres majeures (une trentaine) provenant principalement des plus grands musées français et étrangers. Cette semaine, il y a également eu l’inauguration de la rétrospective de l’œuvre de Hamidi à la Fondation CDG à Rabat. Une exposition qu’il faut absolument aller voir tant elle met en lumière la qualité de ce grand artiste, un des plus grands de sa génération, dont les œuvres ont été acquises notamment par le Centre Pompidou. Deux expos donc à voir absolument, une à Paris et une à Rabat. Une qui envoute par son noir et sa lumière et l’autre qui charme à travers différentes formes et couleurs. À la semaine prochaine ! [/vc_column_text][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner][qode_advanced_image_gallery type="masonry" enable_fixed_proportions="yes" enable_image_shadow="no" image_behavior="lightbox" number_of_columns="two" space_between_items="small" images="16495,16494,16493,16492,16491,16490" image_size="full"][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...