La News Artsy
15398
paged,page-template,page-template-blog-masonry-date-in-image,page-template-blog-masonry-date-in-image-php,page,page-id-15398,paged-3,page-paged-3,bridge-core-1.0.7,cookies-not-set,locale-fr-fr,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_popup_menu_push_text_right,qode-theme-ver-18.2.1,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

La News Artsy

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="15875" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575540179873{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine on vous parle de l'exposition "Les Marocains", de la photographe Leila Alaoui (1982 - 2016), qui commence aujourd'hui à la Casa Arabe de Madrid. Cette exposition regroupe une série de portraits grandeur nature pris dans différentes régions du Maroc et se dévoile au grand public madrilène dans le cadre de la 22ème édition du festival "Photo España" en collaboration avec l'ambassade du Maroc en Espagne. On peut donc y voir une trentaine de portraits réalisés entre 2010 et 2014 mettant en avant la pluralité de notre royaume à travers les différentes traditions et coutumes qu'on retrouve dans chaque région. Il s'agit là de la série de photographies qui a rendu célèbre l'artiste, et c'est le moyen pour ce pays voisin de lui rendre hommage. Si vous passez par Madrid d'ici au 22 septembre, n'hésitez pas à y faire un tour ! [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="15888" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575544205379{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine on vous parle de la seconde édition de la Douala Art Fair qui se tiendra du 31 mai au 2 juin à la gare de Douala à Bessengué au Cameroun. Consacrée à l’art contemporain et au Design, la Douala Art Fair veut devenir un point de rencontre entre les artistes et les amateurs venus de partout dans le monde. Cette jeune foire veut également devenir une place incontournable du marché de l’art contemporain en Afrique en y impliquant sa scène artistique locale et en mettant en avant le Cameroun. Contrairement aux autres foires, Doual Art Fair ne présentera pas des galeries mais directement des artistes sélectionnés par un jury d’experts. Ce même jury décernera cette année encore 3 prix : le prix Goddy Leye, le prix de la Reconnaissance Africaine et le prix Voodart. Cette année plus de 40 artistes sont présentés avec essentiellement des artistes camerounais mais aussi des artistes venus du Tchad, du Congo Brazaville ou encore de RDC. En images nos 3 coups de cœur : Barthélémy Toguo (dont on pourra bientôt voir les œuvres lors de l’exposition Prête-moi ton rêve à Casablanca), Hako Hankson et Justin Ebanda. [/vc_column_text][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15887" img_size="full" qode_css_animation=""][/vc_column_inner][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15886" img_size="full" qode_css_animation=""][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_column_text] Cette semaine on rend hommage au célèbre architecte Leoh Ming Pei, décédé la nuit de mercredi à jeudi à New York. Et quoi de mieux pour lui rendre hommage qu'un partage en photo certaines de ses plus belles réalisations : [/vc_column_text][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15897" img_size="full" qode_css_animation=""][vc_column_text] La National Gallery of Art de Washington [/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15896" img_size="full" qode_css_animation=""][vc_column_text] La banque de Chine à Hong Kong [/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15895" img_size="full" qode_css_animation=""][vc_column_text] La pyramide du Louvre [/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15894" img_size="full" qode_css_animation=""][vc_column_text] La bibliothèque J.F Kennedy à Boston  [/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="15901" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575559243149{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine on vous parle de la Biennale de Venise, certainement l’événement artistique le plus attendu, qui commence officiellement le 11 mai à Venise. Cette année, l’exposition internationale est intitulée "May you live in interesting times" et est curatée par le commissaire (et directeur actuel de la Hayward Gallery at Southbank Centre de Londres) Ralph Rugoff. Paolo Baratta, président de la Biennale décrit leur mission comme simple bien que pas facile : « offrir aux artistes tout au long des 6 mois d’exposition un lieu où on peut dialoguer le plus librement possible et offrir aux visiteurs une rencontre intense avec l’art ». Pour l’exposition principale on retrouve plus d’une centaine d’artistes d’origines diverses. Par ailleurs, les fameux pavillons nationaux, cette année 89, toujours dispersés à travers la ville. C’est à celui du Ghana et celui de Madagascar dont on va s’intéresser, pour leurs premières éditions respectives. Commençons donc par le pavillon ghanéen conçu par l’architecte Sir David Adjaye avec du sol importé du Ghana et curaté par la commissaire Nana Oforiatta-Ayim. Pour cette première, 6 artistes du Ghana et de sa diaspora sont exposés dont l’immense El anatsui, qui connaît bien Venise ayant été récompensé du Lion d’Or, ou Prix Nobel de l’Art, lors de l’édition précédente en 2017. À noter que des œuvres d’El Anatsui seront bientôt visibles au Maroc lors de l’exposition Prête-moi ton rêve. Pour le pavillon de Madagascar, on retrouve un solo show de Andrianantenaina Joel, un artiste pluridisciplinaire qui, à travers cette exposition, déploie l’essence intangible de l’invisible, unissant sans cesses les opposés fondamentaux pour créer un style élégant et abstrait. Alors si vous n’avez pas encore prévu vos vacances, optez pour Venise, la Biennale dure jusqu’au mois de novembre. [/vc_column_text][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15902" img_size="full" qode_css_animation=""][/vc_column_inner][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15900" img_size="full" qode_css_animation=""][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="15907" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575577665602{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine on vous parle de la 5ème édition new-yorkaise de la Foire 1 : 54 dont nous étions partenaires pour les éditions marocaines à Marrakech. Cette édition présente plus de 70 artistes, issus de l’Afrique et de sa diaspora, représentés par 24 galeries venues de Belgique, Côte d’Ivoire, Egypte, Ethiopie, France, Ghana, Kenya, Martinique, Maroc, Nigeria, Portugal, Senegal, Afrique du Sud, Turique, Angleterre ou encore Etats-Unis. Côté Maroc, on salue la participation de la Loft Art Gallery qui présente les artistes Joana Choumali (Côte d’Ivoire), Saïdou Dicko (Burkina Faso) et Siwa Mgoboza (Afrique du Sud). Pour ceux qui comme nous, n’ont pas la chance d’aller faire un saut à New York, on vous à sélectionner en photos nos 10 œuvres coups de cœur. [/vc_column_text][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner][vc_gallery type="image_grid" images="15908,15909,15910,15911,15912,15913,15914,15915,15916,15917,15918" column_number="2" grayscale="no" images_space="gallery_without_space"][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="15925" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575588681317{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine, on vous parle de la foire Art Brussels qui a commencé cette semaine à Bruxelles en Belgique (comme son nom l’indique ) et qui se poursuivra jusqu’à dimanche 28 avril. Et sur les quelque 800 artistes exposés dans cette 37ème édition, on s’intéresse plus précisément à un des artistes exposés : le marocain mounir fatmi (sans majuscules car l’artiste préfère, comme beaucoup d’acteurs culturels à l’instar de kamel mennour) représenté par la ADN Galeria de Barcelone. mounir fatmi, tangérois de naissance, est un des artistes les plus prometteurs (et les plus connus) de sa génération. Son parcours académique à l’école libre de nu et de gravure à l’académie des beaux-arts de Rome, puis à l’école des beaux-arts de Casablanca et enfin à la Rijksakademie d’Amsterdam lui a apporté une technicité et une discipline qui ont fait de lui un artiste très précis dans ses réalisations. Cette discipline et cette technicité il a su s’en défaire afin de devenir l’artiste pluridisciplinaire et performer que l’on connaît (et admire) aujourd’hui. Ses installations, qui ont sillonné le monde, exposées dans les manifestations les plus prestigieuses telles que la Biennale de Venise ou encore dans différentes expositions au Centre Pompidou ou au Palais de Tokyo entre autres, sont faites de matériaux obsolètes tels que les câbles d’antenne ou les cassettes VHS examinant ainsi le rôle de l’artiste au sein d’une société en crise. Pour Art Brussels, mounir fatmi propose l’œuvre Roots 08, faite de câbles d’antennes et d’agrafes datant de 2016. Cette technique de créer des bas reliefs avec ses bien connus câbles d’antennes date de 1998. Comme l’explique si bien le Studio Fatmi (avec les majuscules ) : « la sculpture Roots 08 comme l’ensemble des œuvres de mounir fatmi est un piège esthétique. L’œil se perd en cherchant désespérément à trouver un début, une fin, un centre, finalement une sortie. […] Le blanc sur blanc que l’œuvre propose fonctionne comme un écran de projection laissant le visiteur y projeter ses désirs et ses fantasmes, mais aussi ses peurs et ses espoirs sur cette infinité de racines sans limites ». [/vc_column_text][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15926" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575588641735{margin-bottom: 20px !important;}"][/vc_column_inner][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15924" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575588660481{margin-bottom: 20px !important;}"][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row] ...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="16294" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1576586376519{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine on vous parle d’une exposition qu’il faut absolument allez voir au Musée Mohammed VI d'Art Moderne et Contemporain à Rabat, c’est l’exposition de l’un des plus grands artistes marocains, qui nous a quitté il y a peu, Hassan El Glaoui. L’exposition est intitulée « Le Sel de ma Terre », elle regroupe une centaine d’œuvres datant de 1940 à 2010. A travers cette exposition vous allez parcourir 7 décennies du travail créatif de cet artiste peintre que personne ne peut oublier. Qui de mieux pour monter cette exposition que sa talentueuse fille Touria El Glaoui qu’on ne présente plus. Elle a agencé cette exposition de sorte que l’on voyage à travers le génie créatif de ce peintre : nous retrouvons alors toutes les périodes de son art, des portraits de personnages de son entourage intime, jusqu’aux scènes de l’univers équestre qu’il affectionnait tout particulièrement, sans oublier les natures mortes. Bien sûr on ne peut pas parler de Hassan El Glaoui sans parler des chevaux, son sujet de prédilection, une véritable fascination dès son plus jeune âge, tant cela a fait partie de son environnement direct. Hassan El Glaoui est considéré comme l’un des pionniers de l’art moderne au Maroc, et l’un des artistes les plus importants du royaume. Cette exposition vient lui rendre hommage en retraçant l’évolution de son travail. Le visiteur est ainsi invité à travers le temps dans un parcours hors du commun et apprend ou réapprend réellement à connaitre l’artiste. Vous l’aurez compris c’est une exposition à ne pas rater et elle se poursuit jusqu’au 31 août. Et pour finir votre programme artistique, vous pouvez aussi aller admirer l’exposition « lumières d’afriques » qui présente les travaux de 54 artistes africains provenant de tous les pays du continent, qui se trouve aussi au musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain. [/vc_column_text][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15929" img_size="full" qode_css_animation=""][/vc_column_inner][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15931" img_size="full" qode_css_animation=""][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="15934" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575617741973{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation="" css=".vc_custom_1575544362110{margin-top: 20px !important;}"][vc_column_inner width="2/3"][vc_column_text] Aujourd’hui, notre news a un goût amer...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="15939" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575618408792{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine on vous parle d’une femme inspirante par son audace et son ambition. Il s’agit de Koyo Kouoh, cette camerounaise au parcours hors pairs. Armée d’un sens aigu de l’initiative et d’ambitions sans frontières, elle passe sans transition de l’administration bancaire au monde de l’art africain pour devenir commissaire d’exposition indépendante, conservatrice de musée et productrice culturelle. Koyo est aujourd’hui à la tête du plus grand musée d’art contemporain africain, le Zeitz Museum of contemporary art of Africa. La News Artsy est donc aujourd’hui un hommage à Koyo Kouoh, et à toutes ces femmes africaines qui nous font rêver. [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="15944" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575638225427{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Cette semaine on vous parle de la foire ARCO, qui se tient dans la capitale espagnole jusqu’au dimanche 3 mars. Considérée comme l’événement artistique le plus important d’Espagne, ARCO présente à Madrid plus de 200 galeries internationales avec une multitude d’œuvres en tout genres. On vous en parle aussi parce que cette année sera la dernière du directeur iconique Carlos Urroz qui a grandement contribué à l’image de la foire. Comme chaque année, ARCO met en avant un pays d’Amérique Latine et cette année c’est le Pérou qui est invité avec plus de 20 artistes de grand talent. Parmi ces artistes, la foire nous a permis de découvrir Ana Teraza Barbosa, représentée par la galerie péruvienne Wu qui crée des œuvres d’une grande délicatesse en mêlant photographies, broderies, teintures naturelles et tissu. Nous avons aussi beaucoup apprécié l’acrylique de Guillermo Mora, un espagnol représenté par la galerie Moisés Pérez De Albéniz. Mais notre coup de cœur va sans conteste à Marina Abramović, représentée à la foire par la Galerie Krinzinger. À tous ceux qui sont allés voir le classico à Madrid, faites vous du bien et aller voir une des foires les mieux abouties d’art contemporain. [/vc_column_text][vc_row_inner row_type="row" type="full_width" text_align="left" css_animation=""][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15943" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575638283655{margin-bottom: 20px !important;}"][/vc_column_inner][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="15942" img_size="full" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1575638298441{margin-bottom: 20px !important;}"][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...