La News Artsy
15398
paged,page-template,page-template-blog-masonry-date-in-image,page-template-blog-masonry-date-in-image-php,page,page-id-15398,paged-3,page-paged-3,bridge-core-1.0.7,cookies-not-set,locale-fr-fr,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_popup_menu_push_text_right,qode-theme-ver-18.2.1,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

La News Artsy

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="17789" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1610804509700{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] C'est vendredi et vendredi c'est le jour de la News Artsy! Aujourd'hui on vous parle de la vente aux enchères du 30 décembre dernier de la maison artcurial Maroc : "Un Hiver marocain". Ladite session de ventes a été organisée à l’hôtel La Mamounia à Marrakech en duplex avec Paris. La vacation etait partagée comme suit en trois chapitres : Le premier dédié à Jacques Majorelle et ses contemporains. Le second à l’Art moderne et contemporain marocain et international. Enfin le dernier à l’art contemporain africain. Cette vente a rencontré un grand succès totalisant, selon les organisateurs, 34 millions MAD soit 3,17 millions d'euros frais inclus. «Cette cinquième édition à La Mamounia est devenue un classique pour tous les amateurs d’art. Malgré le contexte difficile dû à la crise sanitaire, les excellents résultats obtenus confirment la pertinence du choix d’Artcurial d’implanter une filiale au Maroc en novembre 2019 et de contribuer ainsi à donner une visibilité internationale au marché de l’art dans la «ville rouge», Marrakech, capitale touristique et culturelle et plaque tournante de l’art en Afrique», a fait savoir le directeur d’Artcurial Maroc, Olivier Berman. Cette année, a-t-il précisé, 75% des acheteurs sont marocains, ce qui confirme leur engouement pour l'art. A la semaine prochaine pour toujours plus de News Artsy! [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="17769" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1610188971221{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] C'est vendredi et vendredi c'est le jour de la News Artsy! Pour cette première de l'année 2021 on vous parle d'une des plus prestigieuses récompenses d’art contemporain au monde, le prix Marcel Duchamp. Créé en 2000 pour récompenser les artistes français ou en résidence en France les plus influents, ce prix est décerné par l’Association pour la Diffusion Internationale de l’Art Français (ADIAF) en partenariat avec le Centre Pompidou. Hier, le président de l'ADIAF, Gilles Fuchs, a dévoilé dans un live instagram les noms des quatre artistes en lice pour l'édition 2021. Il s'agit de Julian Charrière, qui développe un travail multi-médiumnique, utilisant autant la photographique que la sculpture, la performance ou la vidéo. Isabelle Cornaro, héritière des problématiques soulevées par le post-modernisme, l’artiste prend à charge les rapports entre l’objet et son image, entre l’original et sa copie, s’interrogeant sur les mécanismes de valorisations de l’oeuvre d’art. Julien Creuzet , qui crée des environnements à partir d’éléments éparses, cherchant à créer des points de communications entre l’imaginaire et le réel. Dans son travail l’ailleurs fantasmé côtoie le vernaculaire, et tout s’associe dans une sorte de foisonnement sémantique. Et enfin Lili Reynaud-Dewar qui est engagée dans une pratique militante s’inspirant des cultures alternatives et du féminisme, la plasticienne compose une oeuvre entremêlant l’autobiographie et l’hommage à des figures emblématiques telle que Joséphine Baker ou Cosey Fanni Tutti. Sa pratique prend la forme de sculptures, de vidéos, de performances et d’installations. On a hâte de découvrir les œuvres des quatre finalistes qui seront exposés au Centre Pompidou entre le 7 octobre 2021 et le 4 janvier 2022. Et pour l'annonce du grand gagnant on se donne rendez-vous le 18 octobre prochain! A la semaine prochaine pour toujours plus de News artsy! [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="17707" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1609120700162{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] C'est vendredi et vendredi c'est le jour de la News Artsy ! Aujourd'hui on vous parle de l'exposition « Horizon Oblique » de Mahi Binebine, de la foire 1-54 qui se délocalise et de l'art de faire des ventes aux enchères avec la maison Artcurial. On commence par l'exposition de Mahi Binebine « Horizon Oblique » qui se déroule au Comptoir des Mines de Marrakech du 26 Décembre 2020 au 31 Mars 2021. L'exposition présente des œuvres monumentales de l'artiste avec ses célèbres personnages ; « Horizon oblique est probablement l'une de mes meilleures expositions » confie Mahi Binebine. Voilà une bonne raison de faire un tour dans la ville ocre. La Foire 1-54 quant à elle est l'un des évènements artistiques les plus attendus au Maroc. Initialement prévue en février à Marrakech, elle aura lieu cette année et pour une édition unique du 20 au 23 janvier 2021 à Paris en partenariat avec Christie's.Ce partenariat fait suite à une collaboration réussie lors de la Foire de Londres 2020. Une édition en ligne est aussi organisée, du 20 au 31 janvier 2021 sur la plateforme Arsty, toutes les œuvres présentées pourront être vues et achetées dans le monde entier. Il y'aura également des discussions, projections, performances, ateliers et présentations organisés par Le 18 pendant toute la durée de la foire et jusqu'à la fin du mois de Février. Et pour finir Artcurial organise trois ventes aux enchères baptisées « Un hiver marocain », qui se déroulera à La Mamounia à Marrakech en duplex avec Paris. Artcurial Maroc présentera plusieurs tableaux majeurs au cœur de sa vacation dédiée à Majorelle et ses contemporains, notamment la très belle huile sur toile L'école coranique d'Etienne Dinet estimée entre 480.000 et 600.000 euros. En décembre 2019, la maison Artcurial décrochait l'enchère la plus importante jamais enregistrée au Maroc avec un tableau d'Etienne Dinet, Le fils d'un Saint M'rabeth, adjugé 13,119 MDH/1,2 millions d'euros, frais inclus. Nous assisterons peut être à un nouveau record cette année qui sait? Quant à nous on se revoit l'année prochaine avec toujours plus de News Artsy ! [/vc_column_text][vc_single_image image="17705" img_size="medium" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1609120876074{margin-bottom: 20px !important;}"][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_single_image image="17706" img_size="medium" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1609120712337{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="17698" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1608372943029{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] C’est vendredi et vendredi c’est le jour de la News Artsy ! Commençons par une exposition dans la ville ocre « Tempus Fugit » qui rassemble huit photographes marocains : Mehdy Mariouch, Walid Bendra, Hicham Benohoud, Fatima Zohra Serri, Imane Djamil, Seif Kousmate, Yzza Slaoui et Yassine Toumi. Les travaux présentés par ces photographes ont été réalisés durant les périodes de confinement et de déconfinement avec l’objectif de documenter, chacun à leur manière, leur expérience. L’exposition au temps du confinement « Tempus Fugit » est à découvrir à partir du 19 décembre 2020 et jusqu’au 5 février 2021 au MACAAL à Marrakech. La Galerie Shart de Casablanca, nous offre quant à elle, l'exposition #groupshow avec également huit artistes : Monial Abdelali, Yassine Balbzioui, Ibn El Farouk, Anuar Khalifi, Maryam Mechiche, Pimax, Mohamed Rachdi et Selfati. Une belle sélection d'artistes qui donne envie de découvrir leurs œuvres du 19 Décembre 2020 au 09 Janvier 2021. Et enfin, la CMOOA prépare sa vente de décembre à son hôtel de vente de Casablanca. Les lots proposés proviennent de "quatre collections de passionnés et grands amis d'artistes". Vous pourrez y découvrir et/ou acquérir de superbes lots d'artistes marocains tels que Ahmed Louardiri, Mohamed Hamidi, Abbes Saladi, Ahmed Cherkaoui, ChaibiaTallal , Mohamed Melehi,...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="17688" img_size="medium" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1607773720021{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] C’est vendredi et vendredi c’est le jour de la News Artsy ! Aujourd’hui on vous parle de la Fondation CDG qui rend hommage à l’œuvre de Chaïbia en organisant l’exposition “Chaïbia, la magicienne des arts”. L’exposition s’ est ouverte aujourd’hui et se poursuit jusqu’au 15 mars 2021 à l’Espace expressions CDG. Cette exposition retrace trois périodes de sa vie, de 1960 à 1972 : “L’Appel, des premiers gestes à l’affirmation d’une singularité”, de 1972 à 1990 : “Les années de succès: des premières expositions à une reconnaissance internationale” ainsi que de 1990 à 2003 : “Les dernières années”. Dina Naciri, Directrice générale de la Fondation CDG, a indiqué que la Fondation rend hommage à une “femme émancipée de son époque et à une icône de l’art marocain”. Une monographie est dédiée à l’artiste où l’on peut retrouver ses écrits, sa biographie ainsi que les œuvres exposées. Son fils, Hosseïn Tallal, a souligné dans une déclaration “Chaïbia a une dimension internationale et représente un honneur de la femme au Maroc”. Mehdi Qotbi quant à lui déclare « Ce qui est extraordinaire, c’est que vous avez les murs qui chantent et qui nous donnent de la joie dans une période difficile » notant que cette exposition montre que “la peinture de Chaïbia est importante et qu’on a besoin d’artistes comme elle”. 17 ans après sa mort, Chaïbia continue de fasciner le paysage artistique marocain pour notre plus grand plaisir ! A la semaine prochaine ! [/vc_column_text][vc_single_image image="17687" img_size="medium" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1607773731453{margin-bottom: 20px !important;}"][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_single_image image="17689" img_size="medium" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1607773751222{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="17678" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1607161016155{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_single_image image="17680" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1607161037120{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] C’est vendredi et comme tous les vendredis c’est le jour de la news artsy ! Aujourd’hui on vous présente l’exposition de Ghizlane Agzenaï au second espace de la galerie 38 à l’hotel Hyatt Regency de Casablanca et l’exposition de Hassan Bourkia au Comptoir des Mines galerie de Marrakech. Ghizlane Agzenaï est une artiste qui a développé au fil des années un style artistique reconnaissable au premier coup d’œil. Des formes géométriques et des couleurs qui transportent l’œil dans une dimension métaphysique où chacun peut laisser libre cours à l’expression de ses émotions. Une dimension où chaque ligne, chaque angle, chaque nuance et chaque entrelacement peut être interprété à l’infini au gré de la sensibilité de chacun. Elle présente actuellement sa deuxième exposition personnelle « Emerge Reloaded » qui se tient à l’hôtel Hyatt Regency où la galerie 38 a installé son nouvel espace jusqu’au 19 décembre 2020. Hassan Bourkia est à la fois écrivain, traducteur et artiste plasticien. Il présente au Comptoir des mines de Marrakech l’exposition « Au nom des miens » du 12 décembre 2020 au 27 février 2021. "M. Bourkia a beaucoup attendu avant de dévoiler un drame intime qui a fait de lui l’artiste et l’homme qu’il est aujourd’hui". "La cendre, les brûlures et les débris calcinés n’ont jamais été des matériaux innocents au service de l’œuvre d’art. Ils peuplent l’univers de l'artiste car ils font partie intégrante de sa propre histoire". Voila deux artistes avec des univers aux antipodes l'un de l'autre mais qui a coup sûr vous feront voyager. A vendredi prochain! [/vc_column_text][vc_single_image image="17679" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1607161054727{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_single_image image="17677" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1607161066393{margin-bottom: 20px !important;}"][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="17647" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1606556209864{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] C’est vendredi et vendredi c’est le jour de la news artsy ! Aujourd’hui on vous parle de deux artistes qui s’illustrent dans le domaine des arts plastiques et qui présenteront chacun un solo show à Casablanca. Le premier est l’artiste Adil Kounouki qui dès son plus jeune âge, a été attiré par les arts plastiques. A cinq ans, avec une craie et une ardoise, il reproduit les images qu’il trouve dans les manuels scolaires. Tout en découvrant la musique, la danse, il crée de manière quasi automatique, instantanée, en puisant son inspiration dans son environnement proche. Il étudie les techniques de dessin et de peinture à l’Ecole des Beaux-Arts de Tetouan et s’intéresse à la photographie, à la vidéo et à l’art conceptuel. Il détourne les matériaux et les objets qu’il croise dans son quotidien et qui lui permettent de donner vie à ses idées (affiches, pages de magazines, pochettes de vinyles etc.). Influencé par la pensée de Krishnamurti, la démarche créative d’Adil s’inscrit dans ce que le penseur appelle « l’attention vigilante de chaque instant ». Seul le présent existe, la conscience ouverte et l’éveil de tous les sens permettent la création. Il présentera son tout premier solo show à la Galerie Venice cadre de Casablanca très prochainement. Le second Abouelouakar Mohamed, s’est consacré à la peinture après une riche carrière au cinéma. De 1966 à 1973, l’artiste a poursuivi des études supérieures à l’Institut national de la cinématographie de Moscou. Son expérience du 7ème art a beaucoup marqué ses œuvres peintes, dans lesquelles les compositions sont savamment orchestrées, mises en scène, théâtralisées. Dans les années 1980, où l’artiste a commencé à travailler et à vivre par alternance entre le Maroc et la Russie, sont apparus et, depuis les années 1990, ont gagné en ampleur, les thèmes et les formes de sa propre mythologie qui allaient devenir la marque singulière de sa création picturale. Les tableaux de Mohamed Abouelouakar sont influencés par le lyrisme russe et la miniature byzantine. Nombre de ses anciens tableaux se caractérisent par des couleurs vives et un foisonnement de figures qui ne laissent pas une parcelle de la toile sans traitement. Une monographie intitulée L’œuvre en mouvement, dédiée au travail de Mohamed Abouelouakar, est éditée par la galerie d’art L’Atelier 21 à l’occasion de son exposition qui se déroulera du 15 décembre 2020 au 16 janvier 2021. Quant à nous on se retouvera la semaine prochaine pour toujours plus de news artsy ! [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_single_image image="17646" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1606556223388{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="17635" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1605953977723{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] C’est vendredi et vendredi c’est le jour de la news artsy ! Aujourd’hui on vous parle de deux expositions qui font battre le cœur de la culture à Rabat et Casablanca. La première exposition « A City » nous est présentée par l’artiste irakien Sadik Alfraji suite à sa résidence de recherche à l’appartement 22 à Rabat. L’artiste utilisant différents médiums, comme le dessin, la peinture, ou le cinéma d'animation, explore les notions de mémoire et de nostalgie, souvent en lien avec son expérience passée. Cette exposition sous le commissariat d’Abdellah Karroum se tiendra jusqu’au 10 janvier 2021. La seconde «Passion privées : L'Orient vu par l'Occident» nous dévoile les plus belles œuvres orientalistes de la collection de la Fondation TGCC acquises durant ces 30 dernières années. Cette exposition lyrique vous fera découvrir ou redécouvrir Pontoy, Cruz Herrera, Majorelle ou encore Mantel et ce jusqu’au 31 décembre 2020. Un vernissage en continu se tiendra le samedi 21 Novembre à l’espace d’art Artorium de 10h à 17h. [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_single_image image="17639" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1605953940439{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="17607" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1604689732698{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] C’est vendredi et vendredi c’est le jour de la news artsy ! Aujourd’hui nous vous parlons de notre nouvelle exposition « PASSIONS PRIVÉES L’Orient vu par l’Occident ». Cette exposition nous dévoile les plus belles œuvres orientalistes de la collection de la Fondation TGCC acquises durant ces 30 dernières années ainsi que des céramiques, poignards, bijoux et autres tissus du quotidien oriental qui a tant fasciné les occidentaux. Pontoy, Cruz Herrera, Majorelle ou encore Mantel sont à découvrir dans une exposition lyrique qui soulèvera sans aucun doute quelques souvenirs de notre mémoire collective. Une occasion unique de découvrir ou redécouvrir l’histoire de l’Orient du début du XXème siècle racontée par les occidentaux du 11 novembre 2020 au 31 décembre 2020 à ARTORIUM, 4 rue Al Imam Mouslim à l’Oasis à Casablanca. [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern" css=".vc_custom_1575540200441{margin-bottom: 30px !important;}" z_index=""][vc_column width="2/3"][vc_single_image image="17593" img_size="medium" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1604139739959{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] La news artsy de cette semaine se veut particulièrement triste avec la perte de deux figures emblématiques du développement de la scène artistique africaine dans le monde, Mohamed Melehi figure de proue de l'art contemporain marocain et Sindika Dokolo mécène, collectionneur et militant. Mohamed Melehi, chef de file de la modernité marocaine et artiste cosmopolite. Son œuvre a contribué à façonner l’esthétique des réseaux artistiques postcoloniaux et panarabes à travers ses expérimentations géométriques. Ses créations artistiques ont fait l’objet de nombreuses expositions dans le monde entier et plusieurs rétrospectives lui ont été consacrées. Il s'est éteint mercredi 28 octobre à Paris des suites du coronavirus.   [/vc_column_text][vc_single_image image="17592" img_size="large" alignment="center" qode_css_animation="" css=".vc_custom_1604139729240{margin-bottom: 20px !important;}"][vc_column_text] Sindika Dokolo, quant à lui, était un homme d’affaires danois d’origine congolaise. Il est mort jeudi 29 octobre, à l’âge de 48 ans, d’un accident de plongée à Dubai. Sa place de collectionneur et mécène est devenu centrale, il soutient la revue d’art Something We Africans Got et sponsorise les premières éditions de la foire d’art africain 1-54 à Londres. Sa collection d’art contemporain, exposée à plusieurs reprises, à Porto comme à Bruxelles, compte 3 000 œuvres, dont environ 500 pièces de grande qualité, selon les spécialistes. Plus remarquable encore, son ensemble de 300 pièces d’art africain classique comprend un masque Kwele du Gabon, à côté duquel Sindika Dokolo aimait se faire photographier.   L'afrique pleure deux grandes personnalites du monde de l'art. Puissent-ils reposer en paix. [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_widget_sidebar sidebar_id="sidebar"][/vc_column][/vc_row]...