Cataclysme dans le monde de l’art au Maroc
16551
post-template-default,single,single-post,postid-16551,single-format-standard,bridge-core-1.0.7,locale-fr-fr,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_popup_menu_push_text_right,qode-theme-ver-18.2.1,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

Cataclysme dans le monde de l’art au Maroc

News Artsy

Cataclysme dans le monde de l’art au Maroc

Cette semaine cataclysme dans le monde de l’art au Maroc : Marrakech, qui devait être la première capitale culturelle africaine de l’année s’est désistée au profit de Rabat pour des raisons encore inconnues.

Il faut rappeler que cette édition pilote a été décidé en 2018 afin de devenir opérationnel en
janvier 2020 et devrait avoir lieu tous les 3 ans dans une ville africaine (sur le modèle de ce qui se fait en Europe depuis 1985).

Mahi Binebine témoigne sur ses réseaux sociaux « J’ai le triste regret de vous annoncer qu’il a été décidé (pour des raisons incompréhensibles) et après plusieurs mois de préparation intense, que la ville ocre se désistait au profit de Rabat ». Annonçant également que son mandant de président d’honneur de cette grande fête se terminait par la même occasion.

Cette annonce, survenue à une semaine du grand lancement des festivités à Marrakech, en a surpris plus d’un d’autant plus qu’on nous apprend que les autorités marocaines ont informé le comité africain de sélection qu’il était préférable de tout délocaliser à Rabat pour des raisons d’infrastructures mieux adaptées. C’est mêmes autorités ne sont sans doute jamais allées au MACAAL, au Comptoir des Mines ou à un tas d’autres infrastructures complètement adaptées.

Binebine, déçu plus qu’énervé, ne veut pas que des accusations gratuites soient faites aux décideurs culturels rbatis comme déclaré sur Medias24 où il affirme qu’il ne faut pas « se mettre à accuser gratuitement une certaine personne (Mehdi Qotbi) d’avoir lancé une OPA pour rapatrier ce projet dans la ville de Rabat ».

L’enquête de Medias24, qu’on vous invite à lire sur ce lien, en profite pour donner la parole également à Mehdi Qotbi qui affirme qu’il n’y est pour rien et que c’est par la presse et les réseaux sociaux qu’il a été mis au courant.

Réjouissons-nous que la capitale culturelle africaine reste en Afrique pour sa première
édition et espérons que ce soit une réussite malgré tout !

No Comments

Post A Comment